Drone toujours (MJX X600 X)!

Et un nouveau drone super maniable pour débuter l’année 2016! Et avec celui-ci, les flips deviennent un jeu d’enfant. Il tient 10 min en plus ce qui est pas mal du tout. Bref, un beau joujou pour grands enfants! Le tout à 60€.

Mon test:

Ce drone à 6 moteurs arrive dans une grande boîte partiellement en kit. Les 6 moteurs sont à assembler avec des couleurs distinctes sur les câbles pour les différencier (3 moteurs de type horaire et 3 de type anti-horaire). Il faut alterner à chaque fois sinon le drone risque d’avoir des problèmes de décollage! On trouve aussi les protections autour des hélices tout comme le train d’atterrissage. Un petit tournevis est fourni pour visser le tout (1 vis par protection, 4 pour le train d’atterrissage et 1 plus grosse sous chaque moteur). Une grande télécommande est fournie mais sans les piles (3 LR06). Le mode d’emploi est comme trop souvent uniquement en anglais. 6 hélices de rechange complètent le tout. Le drone est imposant et loin d’être compact comme marqué sur le descriptif. Il fait 45 cm de diamètre et pèse 196,8 g. Aucune caméra n’est fourni mais on peut en acheter à part puisque ce modèle est prévu pour en recevoir. Un bouton on/off sur le dessus est présent car le connecteur reste tout le temps fixé avec la batterie. C’est un autre connecteur qui permet la recharge via USB. Pour l’appairer, il suffit d’allumer le drone, puis la télécommande. On pousse le stick des gaz vers le haut puis vers le bas. Les leds cessent alors de clignoter et on peut partir.

C’est le plus gros que j’ai pu avoir en main puisque je me suis fait la main sur un Syma X5C (rapidement crashé) et 3 plus petits modèles encore. A mon avis, c’est plutôt bien car celui-ci me paraît un peu gros. Il impressionne et je déconseille de se faire la main en intérieur avec un tel modèle. 3 modes sont disponibles: débutant, intermédiaire et confirmé. Dans le premier, la puissance est limitée tout comme les angles d’attaque pour éviter de faire n’importe quoi. Le deuxième est plus nerveux et permet de bien s’amuser avec. Le dernier mode donne lui dans les figures acrobatiques car une double-poussée dans n’importe quelle direction donne automatiquement une vrille. C’est déconcertant de facilité. Il faut toutefois manier un peu son drone avant de s’y atteler car on perd de l’altitude et il faut un peu de dextérité pour avoir un vol fluide. La télécommande permet aussi d’ajuster la puissance des moteurs via une molette ou d’inverser les manettes pour contrôler son drone (bouton aile/rudd). On peut soit mettre les gaz et tourner le drone sur lui-même avec le stick gauche et manier les directions à l’aide du stick à droite soit mettre les gaz et manier les directions à l’aide du stick gauche tandis que celui de droite est alors dédié à faire tourner le drone sur lui-même. La gâchette de droite permet de faire un looping vers l’avant dans n’importe quel mode. Celle de gauche sert à allumer et éteindre les leds. D’autres fonctions sont aussi possibles avec les gâchettes en cas de caméra . Et c’est aussi à partir d’elle qu’on est censé pouvoir activer le mode Headless (pour que les commandes suivent le drone et ne soient pas inversées si vous faîtes un 180° avec le drone) ou Retour. Mais j’avoue ne pas avoir compris comme les activer. Il faut dire que le temps ne s’y prête pas (beaucoup de vent). D’ailleurs, la résistance au vent fort vantée dans le descriptif est toute relative. Avec du vent de 30 km/h et des rafales à 50 km/h, le drone semble à la merci du moindre coup de vent. Et j’ai d’ailleurs perdu le contrôle (scratch contre un mur sans dommage) alors que j’avais profité d’une petite accalmie pour tenter un essai. J’avais mis plein gaz vers devant et le drone est revenu vers moi à vive allure. De toute façon, au-delà de 20 km/h, il faut renoncer à voler.

Mon premier retour est plus qu’enthousiaste. Plus habitué aux petites drones nerveux, celui-ci me paraît plus emprunté, un peu lourdaud même. Il est moins réactif que les petits modèles et il ne faut pas hésiter à anticiper toutes les commandes (virage, remise de gaz….). Vu son envergure, c’est clairement un drone d’extérieur même si on pourra aussi faire joujou en intérieur à condition de bien maîtriser. L’autonomie est environ de 10 min (à définir précisément encore) avec un gros temps de charge (1h30 sur secteur à environ 1A et donc le double sur PC).

Clairement, ce modèle est séduisant avec son look super agressif tout en noir. Sa prise en main est facile et on a plus l’impression d’avoir un premier vrai drone qu’un jouet. D’ailleurs, on est sur un modèle déconseillé aux moins de 14 ans, avec une télécommande conçue pour des mains d’adulte.Cette dernière est complète et permet une portée d’environ 100 mètres. En cas de casse, on pourra facilement changer les moteurs sans tout démonter. Ce drone est le concurrent direct du Syma X8C. A 59,99€ le 03/01/16, on pourra se laisser séduire sans peur, si on cherche un modèle facile à manier qui permet de faire des figures en toute simplicité. Et si on est intéressé par une caméra, on pourra en adapter une par la suite.

- Ce produit m’a été fourni gracieusement par le distributeur pour une évaluation. -

Lien pour voler tout de suite (59,99€ le 10/01/16): Arshiner MJX X600 X-Series RC Hexacopter 2.4G

Vidéo des possibilités: Vol MJX X600 d’Arshiner

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>