« Il y a 35 ans, j’aurais pu être Trayvon Martin »

Cette phrase prononcée par le président américain indique un changement de ton dans le discours officiel face à l’acquittement de George Zimmerman samedi dernier et qui a indigné la communauté noire. Dès le lendemain du verdict, Barack Obama a joué l’apaisement : « Nous sommes un Etat de droit, et un jury a parlé ».

Obama a aussi salué «l’incroyable dignité» des parents de Trayvon, qui ont lancé un appel au calme à la suite de l’acquittement de l’homme qui leur a pris la vie de leur fils l’année dernière. Le tribunal a ainsi reconnu la légitime défense. Et si Barack Obama a martelé le même message : « Une fois que le jury a parlé, c’est ainsi que fonctionne notre système », il a aussi voulu faire un appel du pied à la communauté noire en soulignant que « la communauté afro-américaine observe ces questions à travers un ensemble d’expériences, et une histoire qui ne disparaît pas ». Il a ajouté : « Lorsque Trayvon Martin a été abattu, j’ai dit qu’il aurait pu être mon fils. Une autre façon de le dire, c’est qu’il y a 35 ans, j’aurais pu être Trayvon Martin » avant de poursuivre : « Il y a très peu d’hommes afro-américains qui n’ont pas vécu l’expérience d’être suivis (par des vigiles) dans un grand magasin où ils faisaient leurs courses. Cela a été mon cas ».

Sans dénoncer les manifestations qui ont eu lieu ces derniers jours aux Etats-Unis, il a rappelé qu’elles demeuraient légitimes « tant qu’elles restent non-violentes (…) Si je vois que des violences se déroulent, alors je rappellerai que cela déshonorerait ce qui est arrivé à Trayvon Martin et sa famille ». Il veut à présent tirer les enseignements de cette affaire en examinant les législations différentes selon les Etats sur la légitime défense : « Dans le même ordre d’idée, je pense qu’il serait utile pour nous d’examiner certaines lois locales si elles sont élaborées d’une telle façon qu’elles encouragent le genre d’altercation, d’affrontements et tragédies que nous avons vues en Floride ». Il a ensuite tenu à passer un message de fraternité en insistant sur les progrès déjà effectués et ceux à venir : « Aussi difficile qu’ait été cette affaire pour beaucoup de gens, je ne veux pas que nous perdions de vue le fait que les choses s’améliorent (…) Chaque nouvelle génération semble faire des progrès pour faire évoluer les comportements ».

Pas sûr que cela suffise à apaiser les tensions très vives dans ce pays autour des questions de racisme et du port d’armes, précisément mises en avant dans cette affaire dont j’avais largement parlé ici même : L’affaire Trayvon Martin et Affaire Trayvon Martin, la suite.

4 thoughts on “« Il y a 35 ans, j’aurais pu être Trayvon Martin »

  1. admin says:

    Exactement par George Zimmerman himself à qui on vient de lui rendre son arme!!!
    C’est incroyable quand même. Même si la légitime défense est avérée, il a quand même décidé de suivre un noir, sans doute au seul prétexte qu’il était noir d’ailleurs, qu’il soupçonnait de vol (en même temps, c’est logique, comme si un noir pouvait faire autrement!). Ce dernier s’est aperçu être traqué, s’en est suivi sans doute des insultes et une bagarre. George sort son gun et bute le black et il s’en sort tranquille avec les excuses du jury qui lui rend son gun. Le gars, s’il était resté chez lui à s’empiffrer devant une émission débile au lieu de jouer au super-héros, Trayvor Marin serait encore en vie. Il y a quand même quelque chose qui m’échappe ici… :???:

  2. Uncle Tcho says:

    Le Far West mon petit :cool:

    Je crois savoir qu’ils songent à refiler la peuple art à Tsarnarev, Lanza & Holmes; pour service exceptionnel rendu à la nation :cool:

    Les Etats-Unis :shock:

    « Bon en même temps, il n’avait qu’à tirer le 1er » :roll:

    Ce message vous a été offert par la NRA :cool:

    :shock: :mrgreen: :evil:

    :sad:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>